Arbres et roses d’automne

Les arbres se parent de magnifiques couleurs ; le temps des promenades encore illuminées et tièdes avant l’entrée dans l’hiver. C’est aussi l’occasion de ramasser des feuilles de formes et de teintes très diverses. Chaque automne, cette activité est l’occasion de nombreux bricolages.

Cette année, Girl4 a décidé de créer un arbre aussi grand qu’elle.

Après l’avoir aidé à assembler de grandes feuilles blanches, je lui dessine un tronc et de nombreuses branches qu’elle s’empresse de peindre en marron, en préservant un petit rond blanc au milieu du tronc, pour y mettre un hibou !

Quand la peinture est enfin sèche, elle commence à coller les feuilles qu’elle avait mises à sécher dix jours plus tôt. A l’aide d’un pinceau et de colle blanche liquide, elle badigeonne le dos des feuilles, puis les dépose sur les branches au fil de son inspiration. L’arbre se pare de mille tons flamboyants et prend forme.

Pour finir, je lui imprime un hibou et quelques champignons à colorier qui agrémenteront le sol. Voilà l’arbre d’automne est fini :

D’autres arbres d’automne, des saisons précédentes :

Autres idées de réalisations avec les feuilles d’automnes :

Publicités

Land art

Art éphémère, en lien avec la nature, le land art est une de nos activités favorites lors de nos promenades. Que l’on soit en forêt, au bord de l’eau, sur une plage, dans un parc… et quelle que soit la saison, on s’y adonne avec beaucoup de plaisir !

Un temps pour se ressourcer.

Les filles entrent souvent assez vite dans leurs compositions. Les garçons ont besoin de temps pour décharger leur énergie. Ils vont explorer l’endroit, grimper dans un arbre, lancer des galets dans l’eau, courir… Puis, peu à peu, ils s’apaisent. Ils observent, ils s’inspirent des filles et commencent à chercher des éléments. Et dans un élan de création, ils les posent, les agencent et commencent à leur tour leurs compositions.

Finalement, chacun est concentré sur son œuvre… Un temps de créativité, de calme. On est dans la nature et on travaille avec la nature. On se recentre, on prend le temps, on écoute, on regarde, on touche, on sent, on manipule, on crée…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous pratiquons cet art depuis de nombreuses années. Les premiers temps, ou avec les plus jeunes, je commence à composer. Ils me regardent ramasser, disposer, agencer les éléments naturels. Et puis, rapidement l’envie d’exprimer leur propre créativité prend le dessus. Ils laissent libre cours à leur imagination et ils se mettent à produire une œuvre, parfois seul, à deux ou toute la fratrie ensemble.

A plusieurs, cela nécessite de la discussion, de l’argumentation. Il faut se mettre d’accord sur l’agencement. Mais c’est aussi une aide pour les plus jeunes ou les moins inspirés afin de trouver le moteur vers la création.
Quand on travaille seul, chacun est dans son monde intérieur, en lien avec la nature, concentré pendant de longues minutes sur sa création.

Puis, petit à petit, on revient dans le monde extérieur, on contemple notre réalisation, on la partage et on admire celles des autres. L’art est éphémère… Le vent souffle déjà sur les feuilles qui s’envolent. Demain ou dans quelques jours, tout aura disparu. Mais pendant ce moment privilégié, on a pris du plaisir à créer en composant avec la nature. Quelle joie et quelle satisfaction pour chacun d’avoir créé un chef d’œuvre !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des petites bêtes rigolotes

Boy2  a eu envie de fabriquer une araignée…

On a cherché avec les éléments qu’on avait à la maison. On a deux ou trois boîtes d’objets à recycler et de matériaux achetés pour divers bricolages.

Son idée de départ : fabriquer le corps de l’araignée avec deux capsules de café aplaties. Une tige laineuse découpée en huit morceaux est idéale pour de belles pattes velues (il adore les mygales). Enfin, deux perles rouges en bois collées sur le dessus du corps, et l’araignée prend forme !

Sur sa lancée, il cherche avec ses sœurs et son frère d’autres idées de petites bestioles qu’ils pourraient fabriquer ensemble avec divers matériaux de récupération. Et les idées abondent ! Libellules, coccinelles, chenilles, escargots…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Matériaux utilisés :

  • bouchons de bouteille de lait
  • bouchons de liège
  • capsules de café
  • perles en bois
  • tige laineuse
  • fils de fer
  • bout de plastique (bouteille de shampoing)
  • laine cardée

+ un feutre et un pistolet à colle

Dessin coopératif, le début d’une entente et le plaisir de créer ensemble…

La première semaine de vacances officielles, a été chez nous un peu allégée. Pas d’activités musicales ou sportives, et un travail formel moins dense le matin.

Et par ces jours pluvieux et maussades qui n’en finissent pas, il y a un besoin urgent de trouver une occupation posée, qui pourrait divertir la fratrie tout en se passant des écrans qui ont vite tendance à être la solution de facilité.

Finalement, je n’ai pas initié grand chose, si ce n’est leur sortir un paquet de vieilles feuilles grand format (40 x 60 cm). Et les grandes feuilles… Eh bien, il faut du temps pour les remplir !

D’abord, chacun dans leur coin, ils commencent à tracer de gros dessins qui demandent quand même un peu de temps de coloriage. Puis rapidement, comme la feuille est grande, ils dessinent à deux : la feuille se remplit plus vite, avec plus de détails, et la créativité est plus riche !

Cette réalisation fait germer dans la tête des enfants une idée de création commune à partir d’une grande feuille. Une deuxième est venue se coller à la première, puis une troisième…

Ce qui a débuté sur la table de la cuisine, a rapidement continué sur le sol pour des raisons de commodité. Chacun s’affaire à sa tâche et rempli son espace. On discute, on parlemente, on se met d’accord.

Les petites mains s’appliquent à colorier avec soin.

Au fur et à mesure de l’avancement du projet, les idées fusent et s’entrecroisent. Chacun donne son avis, propose, argumente. La création qui n’était au départ que prétexte à dessiner et colorier, prend sens. Les feuilles s’ajoutent et la frise s’agrandit…

Le réchauffement climatique vu par des enfants.

La frise débute à l’époque des dinosaures, avec une végétation dense, des sommets enneigés, quelques animaux de cette ère et une grotte.

La scène 2 se déroule pendant la préhistoire, au moment de l’apparition des Hommes. La végétation y est encore abondante, les Hommes chassent les animaux et ramassent dans la nature des fruits, la grotte est devenue un abri pour une famille.

La scène 3 raconte le Moyen-Age avec ses chevaliers, ses princesses, son château fort. Les Hommes s’emparent peu à peu du territoire au détriment de la nature. La végétation diminue peu à peu.

Dans la scène 4, apparaissent les moyens de transport (une calèche) ; la forêt est de plus en plus clairsemée, la neige a commencé à fondre en haut des montagnes. La végétation est davantage structurée, l’homme modèle le paysage.

Nous arrivons ensuite à notre époque, avec l’exploitation de la montagne, des sommets qui ont perdus leur neige, des routes, des immeubles et des transports motorisés, et une végétation qui a été quasiment détruite. Peu de couleurs…

La dernière scène est une vision du futur avec des bâtiments colorés aux formes arrondies et à l’architecture originale sur lesquels la végétation colonise à nouveau lentement le milieu. Les voitures volent, il n’y a plus de routes…

Une belle composition qui a pris forme à plusieurs mains au fur et à mesure de l’inspiration de chacun…

 

Une petite attention pour dire merci

Noël arrive à grands pas. La fin de l’année a presque sonné et tout le monde est en pleine préparation de cadeaux, menus, organisation…

Les vacances approchent aussi, c’est la semaine des goûters ou des repas de Noël, les derniers cours de l’année 2015 s’achèvent. Les enfants avaient envie d’être un peu actifs dans toutes ces préparations. Alors on a cherché une petite attention à offrir pour les profs de musique ou de sport.

Et on a trouvé cette bonne idée sur Internet : des tablettes de chocolat personnalisées.

Il suffit d’acheter une tablette de chocolat du commerce, reproduire le gabarit de l’emballage sur du papier kraft (ou enveloppe grand format ci-dessous), façonner le pliage pour emballer la tablette, et imprimer une étiquette personnalisée pour fermer à l’arrière. Chacun a ensuite écrit son petit message, dessiné, décoré, selon son inspiration.

Il ne reste plus qu’à offrir ! Sensation garantie et même confirmée auprès des professeurs des enfants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un goûter original et délicieux !

Après le délicieux pain de Paul, du Fournil des Eparis, on continue dans l’alimentation, avec un goûter original et sain qui a remporté l’unanimité chez nous…

 

DSC_0931

Manque d’idées pour se renouveler, envie de leur offrir de bons aliments sans y passer des heures ; cette recette, suggérée par une amie, en plus de satisfaire toutes ces exigences, est plutôt attractive pour les enfants et savoureuse pour les papilles !

 

DSC_0945

 

4 ingrédients sont nécessaires pour réaliser ces « tartines » :
– des pommes à éplucher et à découper en rondelles
– des dattes
– des bananes
– de la caroube *

Il reste à mélanger au mixeur les bananes, les dattes et la poudre de caroube, puis étaler la pâte obtenue sur les rondelles de pommes. Les proportions seront à ajuster en fonction du nombre de personnes et des goûts de chacun.

DSC_0928

*****

* La caroube ou Kharoube, est une poudre marron (issue des gousses du caroubier), dont la saveur peu sucrée est assez voisine de celle du chocolat. Elle a une faible teneur en protéines et en matières grasses, et ne contient ni stimulants (caféine, tannin…) et ni allergènes. Son coût est peu onéreux.

Atelier pliage de voiles solaires

Voile solaire ? Mais qu’est-ce donc ?

Une voile qui se propulse grâce à la pression des radiations émises par les étoiles. On l’appelle aussi photovoile. Il est question de forces : la force exercée par le bombardement des photons et de la force exercée lors de leur renvoi par réflexion. Le photon, c’est le quantum (la plus petite mesure indivisible) d’énergie associé aux ondes électromagnétiques.

Bouhhhh…! Vous avez mal à la tête ? Souvenirs de physique très très lointains… A chaque définition, je suis obligée d’aller chercher une explication des termes. Je m’y perds aussi. C’est sans doute pour cela que les enfants n’ont pas su m’expliquer très bien ce qu’était une voile solaire…

Cependant cet après midi, en revenant d’un atelier proposé par le CCSTI proche de chez nous, ils étaient vraiment fiers de leurs vaisseaux et engins de l’espace ! Deux heures de créativité avec des matériaux de récupération, un peu de colle et beaucoup d’imagination. A la portée de tout le monde. Un concept simple et qui fonctionne toujours !

Et voilà le résultat :

Ce voilier interstellaire fabriqué par Boy3 est formé de tubes qui aspirent les éléments de l’espace, les transforment en énergie qui passe par un circuit complexe de fils et arrive sur les voiles. A l’arrière, un canon tire de la pâte à fixe, pour se protéger des envahisseurs.

Les deux vaisseaux suivants ont été imaginés par Girl1. Le premier peut aspirer les étoiles par les petits tubes rouges, se déplacer grâce à sa voile. Avec l’énergie des étoiles, le voilier avance et éclaire l’espace. Il peut aussi se transformer en véhicule roulant, en bateau ou en avion.

Le deuxième est un vaisseau de protection avec sa grande voile solaire. Les pailles à l’arrière sont des lances pour attaquer et les boules dorées à l’avant servent à hypnotiser les ennemis.

Et celui-ci, vous l’avez reconnu ? Le vaisseau d’Anakine Skywalker dans Star Wars, créé par Boy2. On y voit une cabine au centre avec les manettes pour le diriger, un rayon laser qui relie les deux tubes jaunes, des propulseurs de chaque côté, et les deux pinces qui se détachent à la fin de la course d’Anakine…

*********

Retenons qu’un voilier solaire ne peut pas être lancé depuis la Terre. Il a donc besoin d’une fusée pour atteindre un orbite hors de l’atmosphère et déplier sa voile. Ensuite, il peut se déplacer dans l’espace de manière continue sans avoir besoin de carburant, et peut emmener une charge utile d’une centaine de kilogrammes… Si vraiment vous voulez en savoir plus consulter les infos sur IKAROS.

Et finalement les enfants n’ont pas besoin de tout comprendre pour imaginer le fonctionnement du monde, un monde à leur image, plein de créativité et de rêves !